Comme je poursuivais l’amour

S’il est une chose que je désire, je l’ignore,

prisonnière à jamais

de la nescience abyssale.

L’esprit de l’homme ne peut comprendre

ni sa bouche traduire

ce qu’il trouve dans la profondeur.

 

Je ne me mêlerai pas aux serviteurs,

qui attendent prix ou salaires.

Si quelqu’un me demande où je suis,

je lui répondrai n’en avoir soupçon :

je ne saurai davantage l’exprimer

que meule de moulin nager dans la rivière.

 

Etrange histoire en vérité

et qui me met en désarroi ;

ce qui est caché aux autres m’est évident.

Comme je poursuivais l’amour,

je suis demeurée en lui,

absorbée dans un simple regard.

 

Celui qui entend cette simplicité,

est captif et bien lié

dans la prison de l’amour :

jamais plus il n’en pourra sortir.

Mais ils sont peu,

ceux qui soutiennent l’amour jusque là.

 

Ah ! mon Dieu quelle aventure

de ne plus entendre, de ne plus voir

ce que nous suivons, ce que nous fuyons,

ce que nous aimons, ce que nous craignons.

Nous avons cru jadis posséder quelque chose,

mais c’est du tout au rien que nous chasse l’amour.

 

Hadewijch d’Anvers, béguine du XIIIème siècle

Poème nouveau n°IX, dans « Hadewijch d’Anvers, Ecrits mystiques des béguines« , Points Sagesse, Editions du Seuil 1954

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s