Coopération ou compétition ?

A mesure que l’homme avance en civilisation et que les petites tribus se réunissent en communautés plus nombreuses, la simple raison indique à chaque instant qu’il doit étendre ses instincts sociaux et sa sympathie à tous les membres de la même nation, bien qu’ils ne soient pas personnellement connus de lui.

Ce point atteint, seule une barrière artificielle peut empêcher ses sympathies de s’étende à tous les hommes de toutes les nations et de toutes les races. L’expérience nous prouve, malheureusement, combien il faut de temps avant que nous considérions comme nos semblables les hommes qui diffèrent considérablement de nous par leur aspect extérieur et par leurs coutumes.

La sympathie étendue en dehors des bornes de l’humanité, c’est-à-dire la compassion envers les animaux, paraît être une des dernières acquisitions morales (…). Cette qualité, une des plus nobles dont l’homme soir douée, semble provenir incidemment de ce que nos sympathies, devenant plus délicates à mesure qu’elles s’étendent davantage, finissent par s’appliquer à tous les êtres vivants. Cette vertu, une fois honorée et cultivée par quelques hommes, se répand chez les jeunes gens par l’instruction et par l’exemple, et finit par faire partie de l’opinion publique.

Charles Darwin, in La Descendance de l’homme et la sélection sexuelle

Publicités

2 réflexions sur “Coopération ou compétition ?

  1. Au fur et à mesure que la taille d’une collectivité augmente la division du travail s’approfondit en son sein et régule ainsi le mouvement mais celui-ci doit être soit très lent soit très maitrisé au nom de valeurs faisant consensus si l’on veut éviter critiques et conflits en son sein. Les seul sentiments naturels de sympathie pour autrui n’y suffisent pas ; en tous cas c’est mon avis.

    Jean-Louis Masson

    J'aime

    1. @ J-L Masson : La critique précède le conflit et procède d’une absence d’écoute des plaintes. Or il n’y a rien de plus injuste que d’avoir à se plaindre et trouver un mur en face de soi. La coopération implique donc de mettre en place un système de justice, de jugements équitables. Le gouvernant doit prendre les critiques comme une bénédiction l’aidant à mieux gouverner.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s