L’origine de l’humanité est tissage biologique et culturel

Il y a quelques années, les paléoanthropologues nous ont appris que les Européens ont quelques pourcents de gènes de l’homme de Néandertal dans leurs cellules, alors que celui-ci était décrit, au siècle dernier, comme une brute épaisse ! Ils viennent aussi de prouver que les Mélanésiens ont 6 % de leurs gènes qui proviennent de l’homme de Denisova, qui disparut de Sibérie il y a environ 30 000 ans. Ces savants nous disent que l’évolution des hominidés sur les derniers millions d’années a été buissonnante, et que plusieurs espèces d’humains ont longtemps vécu côte à côte sur de vastes territoires, et ont donc créé des cultures fortement distinctes. Les découvertes de nouvelles espèces des genres homo ou australopithèque se succèdent en Afrique du Sud et de l’Est, bouleversant et enrichissant le vaste buisson de nos ancêtres.

À l’issue de l’apparition du genre homo, plusieurs processus se sont entremêlés et co-engendrés : l’hominisation (l’évolution du corps physique), l’anthropisation (la transformation du milieu de vie par la technique), l’humanisation (la transfiguration du milieu par l’imaginaire et le symbole).

Ne serait-ce que par l’extrême diversité des milieux naturels de notre planète, nous savons qu’il y a des manières très différentes d’être humain. Et nous savons de plus maintenant que les traits de culture ne sont pas spécifiques aux humains.

Les éthologues nous disent en effet que les mammifères comme les chimpanzés ou les orques ont des cultures différentes, des façons différentes de casser des noix pour les uns ou d’attraper des proies pour les autres, selon les groupes d’appartenance. Quant aux éléphants, leur intelligence, leur mémoire, leur capacité émotive, leur empathie pour leur groupe familial ne sont plus à prouver. Ils manifestent des signes de douleur et ont des comportements rituels lors de la mort d’un des membres de leur groupe. Ils couvrent de branchage le corps, et revisitent les os des mois et même des années après, les touchant avec leur trompe. L’éthologue Marc Bekoff rapporte comment une renarde rouge a complètement recouvert le corps de son compagnon tué par un lion. Ces comportements ont été aussi observés chez des loups, et chez les chimpanzés, avec une manifestation d’empathie pas seulement pour des congénères mais aussi pour des individus d’autres espèces comme cela a été décrit par le primatologue Frans de Waal8 pour la femelle Bonobo Kuni du zoo du Twycross en Angleterre vis-à-vis d’un étourneau tombé inanimé à l’intérieur de sa cage, après s’être cogné à la vitre, dont elle prit grand soin pour qu’il reprenne son envol. L’empathie, cette capacité d’entrer dans le monde de l’autre en se décentrant du sien, n’est donc pas propre aux humains, mais elle est une part de notre héritage. Elle est donc non seulement enracinée profondément en l’humain, elle y est indéracinable.

Il est plus que plausible que certaines espèces animales ont accès au raisonnement, non seulement par l’association mais même par l’inférence. L’homme n’est pas le seul animal raisonnable. Par ailleurs, nous avons remarqué comment les espèces animales que l’homme a domestiquées au fil des millénaires à partir de la sortie du paléolithique, ont développé des traits génétiques de sociabilité qu’ils ont empruntés aux humains.

La sensibilité, la culture, la pensée, le raisonnement, le rapport à la mort, le langage, ne sont donc pas un apanage exclusivement humain. C’est-à-dire cette capacité à bousculer le déterminisme que la nature aurait placé en chaque être vivant et en chaque espèce, et à déplacer ses frontières.

Dès l’origine, et plus que les autres espèces vivantes, nous sommes donc tissés d’un intense et rapide buissonnement biologique, psychique et culturel. Comment pourrait-il s’arrêter ? N’est-il pas destiné à se développer ?

Extrait de « Contribuer à l’émergence d’une société neuve et vive », livre écrit par Olivier Frérot et publié en janvier 2017 par Chronique sociale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s