Granum Sinapis, poème de Maître Eckhart

Le Grain de Sénevé

Ancien Allemand Français
In dem begin

hô uber sin

ist ie daz wort.

ô rîcher hort,

dâ ie begin begin gebâr!

ô vader brust,

ûz der mit lust daz

wort ie vlôz!

doch hat der schôz

daz wort behalden, daz ist wâr.

Au début

Au delà de toute compréhension

Etait le mot.

Précieux joyaux,

qui initie l’initial!

Sein paternel,

d’où coule la joie

et le flot des verbes!

Et bien que ce sein-là,

c’est vrai, garde en lui ses mots.

Von zwên ein vlût,

der minnen glût,

der zweier bant,

den zwein bekant,

vlûzet der vil sûze geist

vil ebinglich,

unscheidelich.

dî drî sin ein.

weiz du waz? nein.

iz weiz sich selber aller meist.

Des deux coule un flot,

de la braise et de l’amour,

liés tous deux,

et des deux reconnus,

coule le doux flux de l’esprit

sur le même plan,

inséparable.

Les trois sont Un.

Sais tu cela? Non.

Lui seul sait ce qu’il est.

Der drîer strik

hat tîfen schrik, den selben reif

nî sin begreif:

hîr ist ein tûfe sunder grunt.

schach unde mat

zît, formen, stat!

der wunder rink

ist ein gesprink,

gâr unbewegit stêt sin punt.

Ces trois liés ensemble

choquent profondément,

et cette stupeur

jamais tu ne la comprendras:

C’est une profondeur sans fond.

Echec et mat

au temps, aux formes et aux lieux!

Le formidable cycle

est l’origine,

et son centre est immobile.

Des puntez berk

stîg âne werk,

vorstentlichkeit!

der wek dich treit

in eine wûste wunderlich,

dî breit, dî wît,

unmêzik lît.

dî wûste hat

noch zît noch stat,

ir wîse dî ist sunderlîch.

De ce centre la montagne

qu’il faut gravir sans agir,

avec lucidité!

Le chemin mène

dans un désert merveilleux,

si large, si libre,

qui sans limite s’étend.

Ce désert n’a

ni époque ni endroit,

il est sa propre cause.

Daz wûste gût

nî vûz durch wût,

geschaffen sin

quam nî dâ hin:

us ist und weis doch nimant was.

us hî, us dâ,

us verre, us nâ,

us tîf, us hô,

us ist alsô,

daz us ist weder diz noch daz.

Le désert si bon,

que nul pied n’a foulé,

les idées que l’on se fait

jamais n’y sont allées:

cela est, et nul ne sait ce que cela est.

c’est ici et c’est là

c’est loin et c’est proche,

c’est en bas et en haut,

tant bien que

ce n’est ni ceci ni cela.

Us licht, us clâr,

us vinster gâr,

us unbenant,

us unbekant,

beginnes und ouch endes vrî,

us stille stât,

blôs âne wât.

wer weiz sîn hûs?

der gê her ûz

und sage uns, welich sîn forme sî.

Il est la lumière, il est manifeste,

il est si obscur,

Il est sans nom,

Il est inconnaissable,

libre de fin comme de début,

Il reste serein,

nu, sans habits.

Qui connait sa maison?

Il vient là

nous dire quelle est sa forme.

Wirt als ein kint

wirt toup, wirt blint!

dîn selbes icht

mûz werden nicht,

al icht, al nicht trîb uber hôr!

Iâ stat, lâ zît,

ouch bilde mît!

genk âne wek

den smalen stek,

sô kums du an der wûste spôr.

Deviens tel un enfant

Deviens sourd, deviens aveugle!

Ton ego

doit devenir mort,

Tous les quelque-chose et tous les riens doivent s’en aller!

Quitte l’espace, quitte le temps,

Rejette même ton image!

Va sans méthode

par l’étroit chemin,

et tu verras des traces de pas dans le désert.

O sêle mîn

genk ûz, got în!

sink al mîn icht

in gotis nicht,

sink in dî grundelôze vlût!

vlî ich von dir,

du kumst zu mir.

vorlîs ich mich,

sô vind ich dich,

ô uberweselîches gût!

O mon âme

sors et Dieu entre!

Fait naufrage mon ego

Dans le divin néant,

sombre dans le fleuve sans fond!

Que je fuis,

tu viens.

Que je me perde

je me trouve,

Ô félicité suprême!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s