L’émergence de nouvelles institutions

Au coeur de l’in-fini de la nature en devenir, parmi les hommes, du tout neuf, du complètement inédit, est encore en gestation, est en train de naître, et émerge discrètement ici et là, poétiquement, loin de la rationalisation et de la déshumanisation forcenée du monde. Il se pourrait bien que les espoirs qui s’y expriment soient notre chance d’enrayer la catastrophe annoncée par les glaciologues et les climatologues. De ces frémissements, encore peu visibles, sont en train d’apparaître des nouvelles façons de vivre et faire ensemble, des nouvelles règles qui reçoivent l’adhésion de ceux qui les bâtissent et qui les vivent. Ce sont les germes des institutions qui, bientôt, les consolideront et les rendront robustes et durables. Si nous sommes capables d’identifier les valeurs qui les sous-tendent et de les nommer, nous faciliterons et accélèrerons leur émergence.

Toute communauté humaine, quelle qu’elle soit, incarne dans des institutions, sa sensibilité, ses croyances et ses valeurs communes c’est-à-dire ses convictions sur la nature de la réalité, ses mémoires partagées et ses affects communs. Celles-ci préservent la paix civile, la justice entre tous, la vie quotidienne de chacun. Elles ouvrent à la joie d’exister soi-même et en lien avec les autres, d’agir ensemble pour un bien commun, de symboliser un destin partagé. Les institutions sont les lieux des règles de l’agir et du vivre ensemble.

Les différences entre les cultures sont marquées par des différences entre leurs institutions. Il n’y a donc pas d’institutions qui soient universelles ou naturelles. Elles relèvent toutes d’un ordre particulier et d’un arrangement original de cet ordre pour contrer le désordre du monde et sa déréliction que manifestent la disparition et la mort de tout être, ou tout évènement traumatisant la communauté. Les institutions sont alors comme la quille d’un navire permettant de tenir debout, de garder un fonctionnement suffisant et de se diriger même quand le temps se gâte.

Chaque collectif d’humains, chaque société, produit ainsi un cosmos, le sien propre dans lequel il se repère et se tient. Les institutions sont donc toujours situées, liées à une société particulière, même si l’on peut leur trouver un fondement commun dans la domestication de la violence mimétique par le sacrifice ritualisé pour retrouver l’unité perdue, comme l’a décelé René Girard3.

Les questions qui nous préoccupent sont les suivantes : que se passe-t-il quand les croyances et les valeurs communes se transforment ? Quand l’éthos entre en mutation ? Que deviennent alors les institutions existantes ? Comment sont générées de nouvelles institutions avec l’émergence de nouvelles croyances, de nouvelles confiances, c’est-à-dire à partir d’une nouvelle foi que nous allons partager ensemble ? Y-a-t-il continuité avec une réforme des institutions en place ou rupture avec la disparition des unes et l’apparition des autres ? L’observation socio-anthropologique montre qu’habituellement on assiste à des catastrophes socio-culturelles dont tout ou partie de la société est victime et qui peuvent entraîner un déchaînement de violences.

La période dans laquelle nous sommes entrés, intermède entre deux moments civilisationnels, est donc dangereuse, et nous le voyons et le pressentons bien. Il y a donc urgence à basculer sans tergiverser vers l’a-venir, sans se laisser aller à des pensées nostalgiques et réactionnaires. Le passé est le passé, il n’est pas récupérable, il est irrémédiablement derrière nous. Nous sommes pour une part encore dans un tunnel, mais la lumière n’y est pas absente et les plus aiguisés d’entre nous, toutes les fibres captantes de leur intuition en alerte, ont perçu son appel et s’y dirigent. D’ailleurs ces énergies nouvelles nous irriguent déjà, comme nous venons d’en parler. Il suffit de s‘y plonger et de les porter au jour. Elles se trouvent au coeur de ces nouvelles institutions que nous souhaitons faire advenir.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s