De nouvelles solidarités apparaissent, à bas bruit

La vie continue inlassablement à inventer et à sourdre du fond de la société. De nouvelles solidarités apparaissent, à bas bruit, horizontalement, à la base, loin des lieux du pouvoir apparent. Elles unissent des humains entre eux, n’écrasant pas leur diversité, mais cherchant, avec et au-delà de leur altérité, des nouvelles manières fluides et fragiles de faire advenir de nouveaux communs. Des liens en profondeur se tissent et se retissent entre les humains, les vivants et les choses. Le désir habite le coeur de ceux qui sont engagés dans ce moment écologique, car la responsabilité de l’humanité vis-à-vis de toute vie sur la planète est vécue comme une amitié et une unité à retrouver. Dans ce monde ouvert et en mouvement, imprévisible et toujours nouveau, de nouvelles institutions vont naître, que nous n’avons encore jamais vues ni jamais pensées. Elles vont se construire pas à pas à travers les actions solidaires qui ont commencé à se développer. Si d’un côté l’épuisement, la dévitalisation et l’autoritarisme mortifère se sont installés, de l’autre la vitalité suscitant l’espérance et la joie génèrent déjà de nouvelles formes de faire ensemble. C’est donc bien en avant, du côté de la vie, qu’il faut, lucide, se porter et non pas se lamenter sur ce qui meurt et qui va disparaître.
Pour regarder l’avenir avec confiance, nous devons nous concentrer sur ce qui advient au coeur de la société, non pas du côté des puissants qui conservent et stérilisent, mais vers ceux qui, hardis dans leur discrétion, prennent un chemin de traverse pour échapper aux contrôles en tout genre, là où se cachent la domination, la jalousie et la violence mimétique, vers les humbles qui refusent la société du spectacle, c’est-à-dire de ceux qui se mettent hors du jeu des pouvoirs et fuient la réussite apparente. Leur action est donc peu ou pas médiatisée, et d’ailleurs ils ne le souhaitent pas, se soustrayant à la communication hyper-médiatique dont le fond se confond avec la forme, et qui aplatit toute singularité et ignore les subjectivités véritables. Ils cherchent les vraies rencontres, qui mettent en présence dans l’immédiat de l’existence. Ils croient en l’égalité et la vivent.
S’ils inventent une multiplicité de formes pour vivre leur solidarité croissante, nous pouvons observer des constances.
Ils se tiennent là où se trouvent les ferments de nouvelles interdépendances, des nouvelles possibilités de vie, fondées sur les intersubjectivités qui ignorent l’objectivation scientifique, et sur des rapports d’égalité et de réciprocité qui se désintéressent des rapports de forces et de raison. Beaucoup sont adeptes de la non-violence gandhienne et de modes d’action au féminin pour transformer la société et vivent leur émancipation naturellement sans être prisonniers des luttes idéologiques, car ils ont l’intuition de l’ambivalence de toute position. Pour eux, la coercition et l’obéissance ne sont pas consubstantielles aux liens de société, les lois devant être au service des solidarités et des libertés et non l’inverse. Ils cherchent à pratiquer la redistribution. Ils substituent aux contacts distants de notre société atomisée, utilitariste et marchandisée, des liens qui engagent les relations et qui les tiennent. Ils se risquent à l’intimité. Là où, tout en devenant de plus en plus différents, les individus se montrent davantage solidaires. C’est ici que se trouve la véritable nouveauté : chacun-e devenant de plus en plus singulier-e, tout en participant activement à des groupes eux-mêmes en changement continuel et fort différents les uns des autres.

Olivier Frérot, texte extrait de « Contribuer à l’émergence d’une société neuve et vive »

https://solidaritesemergentes.wordpress.com/contribuer-a-lemergence-dune-societe-neuve-et-vive-des-chemins-a-investir/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s