Du jeu pour devenir je

Pour que je puisse m’individuer, c’est-à-dire devenir une personne singulière, différente des autres, même juste un peu différente, il me faut un espace des possibles où les conditionnements ne soient pas complets. Si tout est nécessité, tout est obligé, tout est conditionné, tout est objectivé, tout est modélisé, tout est maîtrisé, il n’y a plus de jeu, plus d’espace des possibles. Alors, toi et moi sommes les mêmes, des objets manipulables et manipulés. C’est le « tout » qui pose problème : l’excès. La Modernité, période libératrice en beaucoup d’aspects, est entrée dans un excès de Modernité. La Modernité se prolonge en une société excessivement moderne. Nous sommes désormais dans l’Excessivement-Modernité. Dans l’excès, il n’y a plus de jeu possible. Dans l’excès d’individualisme, l’individuation ne peut se déployer. L’individualisme est l’ennemi de l’individuation. Car l’individuation a besoin des autres, pas l’individualisme. L’humain est un animal social, qui s’invente en inventant le social. Pour devenir qui je serai, je ne peux le faire qu’avec toi ; toi, qui, de même devient qui tu seras ; et nous-mêmes, qui allons inventer mille façons toutes nouvelles d’être nous, afin que chaque « je » devienne lui, unique.

Voilà un phénomène à saisir : l’excès d’une dynamique a priori bonne se renverse en son contraire. Aujourd’hui, l’excès de sécurité nous laisse insécures, l’excès de consommation nous rend addicts à l’acquisition de produits, l’excès d’argent nous oblige à toujours penser à l’argent, l’excès de juridisme nous rend d’abord méfiants, l’excès d’écrans nous sépare les uns des autres, l’excès de maîtrise et de puissance, qui sont les caractères de la Modernité, nous laisse sans puissance et sans maîtrise sur nos vies … Ce n’est pas le progrès dans un champ qui est problématique, c’est son excès de progrès. C’est le mythe du Progrès en tant que progrès du progrès, qui ne fonctionne plus.

Yvan Illich a développé toute sa pensée sur les limites : trop de politique de santé rend malade, trop d’automobile bloque les déplacements, trop d’éducation nationale n’éduque plus, … Ces observations anthropologiques et sociologiques sont capitales. Nous voyons que la volonté de production a abouti à la surproduction destructrice de ressources. Nous sommes dans l’excès de production, de produits, et de produits identiques les uns aux autres, dont beaucoup sont inutiles au mieux vivre. La Modernité est devenue la civilisation de la surproduction destructrice.

C’est ainsi que la Modernité se coince et nous coince. Elle est devenue la civilisation de l’excès. Elle a été libératrice par l’exercice de la raison. Elle devient complètement irrationnelle. La nouvelle civilisation qui arrive se remettra dans les pas du bon sens, grâce à la quête, pour chacun d’entre nous, de notre devenir singulier, « je veux réussir ma vie, la mienne propre ». Le désir désormais farouche d’individuation cherche à retrouver du jeu dans nos situations de vie, et donc à desserrer les conditionnements : moins d’argent, moins de juridisme, moins de consommation, moins de télévision, moins de sécurité, moins d’hôpital, moins d’écrans, moins d’objectivisme, moins de discours, … chaque domaine, utile à la vie, revient à une place plus modeste afin que j’accède à un espace où des options vraiment différentes puissent se prendre, où les distinctions, les altérités se déplient. La nouvelle civilisation est portée, dans ses fondements, par les dynamiques des individuations.

Sa valeur cardinale est l’individuation : devenir moi-même avec « toi », avec « nous », des multiples « toi » et des multiples « nous » qui eux-mêmes s’individuent dans un jeu dont les possibles ne font que se déployer. Et petit à petit, dans les autruis, nous verrons, avec confiance et empathie, les autres humains, dans toutes leurs variété, mais aussi les autres vivants et mêmes les éléments de la nature. Telle est la philosophie de l’écologie. Alors nous deviendrons de véritables jardiniers de la vie sur notre planète, et plus tard dans l’univers.

Olivier Frérot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s