Le temps: son inexistence, ses autres propriétés

Résumé d’un article publié par Bernard Guy, géologue et physicien, dans les archives ouvertes HAL

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01286466/document

« Le temps ne renvoie pas à une substance originale et autonome du réel. Il est construit par abstraction à partir du monde, dont il ne peut être détaché. Ce faisant, il n’en acquiert pas moins une valeur pragmatique, c’est-à-dire porteuse de multiples effets concrets. Ainsi on peut dire qu’il n’existe pas, tout en parlant de ses propriétés. Plus précisément, pour nous, le temps est pensé en composition avec l’espace, et abstrait à partir des mouvements relatifs des éléments du monde. Les relations temporelles et les relations spatiales sont les mêmes. Nous donnons au mot mouvement une signification primaire par rapport à l’espace et au temps. Nous montrons que les différentes qualités associées directement ou non au temps (non coexistence de ses parties, causalité, irréversibilité, trilogie passé / présent / futur, flux, moteur, ancestralité, marche des horloges, expérience de la conscience, durée, rythme, changement, variation, évolution etc.) peuvent toutes s’expliquer par un processus d’abstraction à partir des mouvements, et se comprendre en association avec l’espace. Sont examinés les principaux caractères du temps admis de façon commune, sans regarder en détail de systèmes philosophiques. Le mouvement dans notre compréhension est rapproché du concept de durée bergsonienne. Quelques travaux discutant l’inexistence du temps en anthropologie / ethnologie sont évoqués. Parler en physique d’inexistence du temps renvoie à la possibilité de se passer d’une variable temporelle dans les équations, relative à un temps surplombant. Mais le concept est bien là, caché dans l’espace, dans les mouvements qui s’y déroulent et dans les relations entre les grandeurs. En mécanique quantique, les expériences d’intrication montrent une négation associée de l’espace et du temps (en relation avec un hasard dit fondamental), corroborant leur inexistence substantielle, leur construction renvoyant au réel empirique et non au réel en soi. On s’est habitué à vouloir chercher un temps invisible et non arbitraire : cette attente est vaine. Nous devons renoncer à l’invisible et faire des choix parmi les phénomènes : il n’y a rien de plus ! Et nous maintenir sur la crête qui sépare deux gouffres à éviter autant l’un que l’autre : – celui d’absolutiser le temps, ce qui stérilise la pensée ; – celui de nier tout idée, même déguisée, de changement, de mouvement (ou de simple mise en relation), ce qui est également absurde. Le temps et l’espace sont profondément enracinés dans la démarche de connaissance avec son moment compréhensif (où mobilité et immobilité sont pensées ensemble) et son moment disjonctif (où l’on désigne et fait des choix arbitraires). Le temps peut faire l’objet de différentes définitions de degrés croissants, suivant le niveau d’abstraction où l’on se situe, passant du mouvement-durée à la relation à un mouvement étalon. Le type de rationalité « complexe » à l’œuvre dans ce procès nous interdit de vouloir poser la question de l’existence ou de la non-existence du temps en des termes s’excluant les uns les autres, et indépendamment de choix humains inévitables pour construire notre connaissance du monde ; cette dernière n’est pas strictement imposée par le réel, et par là même frappée d’incomplétude. Ni l’unicité du concept, ni celle du temps collectif construit à partir du mouvement étalon, n’interdisent de parler d’une multiplicité de temps attachés à la diversité des phénomènes et ayant valeur locale. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s